Le vote obligatoire : une fausse bonne idée