Observatoire de l’engagement

L'Observatoire est animé par :

Directrice de clientèle, Expertise Corporate & Work Experience, département Opinion, Ifop
Cofondateur du cabinet Temps commun et animateur du dispositif Social Demain
Spécialiste de l'opinion
Co-fondateur du cabinet de conseil en relations sociales Temps commun et animateur du dispositif Social Demain

À quoi et pour quoi vibrons-nous collectivement ? Répondre à cette question paraît plus difficile que jamais, un peu comme si l’ensemble de la société civile, sur laquelle reposaient les régulations sociales de la deuxième moitié du XXe siècle, se trouvait ébranlé par une forme de langueur civique et collective.

Malgré la forte mobilisation sur la réforme des retraites, les organisations syndicales peinent à se renouveler ; le mouvement mutualiste connaît le même phénomène quand les partis politiques n’arrivent plus à gonfler leurs rangs et que de nombreuses associations redoutent la disparition de bénévoles vieillissants.

Pourtant, la société que nous côtoyons et que nous observons ne nous apparaît ni tétanisée ni apathique. Au contraire ! On assiste à l’avènement de nouvelles formes de mobilisation, au premier rang desquelles l’émergence de collectifs se structurant et agissant de façon différente : démultiplication des causes, combats ciblés, investissement total engageant les modes de vie et de consommation ou caractère parfois plus éphémère de l’action, forte réticence à toute récupération institutionnelle, etc. À cela s’ajoute un contexte national et mondial qui place sur le devant de la scène un certain nombre de problématiques, certes anciennes, mais abordées d’une autre façon, avec un sentiment d’urgence accru et une nouvelle forme de radicalité. On pense bien sûr à la thématique environnementale, mais aussi aux questions de genre, de diversité et d’inclusion, sans oublier les inégalités sociales plus fortes que jamais. Si bien que de nouvelles passions, de nouvelles sociabilités, de nouveaux activismes viennent prendre le relais des engagements d’hier pour donner de la France une image active et solidaire, ériger les Français en acteurs engagés.

L’objectif de l’Observatoire de l’engagement est dès lors de comprendre et décrypter la nouveauté, éventuellement la singularité, parfois la radicalité, à l’œuvre dans cette inscription inédite de nos contemporains au sein des cadres collectifs. Nous entendons interroger les nouveaux rapports à ces cadres quels qu’ils soient – l’engagement en général, même si le mot lui-même doit être réinterrogé –, avec des experts associés et à l’aide d’études ad hoc : mobilisation autre que mercantile ou sécuritaire autour des Jeux olympiques de 2024, solidarité « à portée de la main » via l’essor du mentorat, renouvellement des sociabilités dans le cadre de l’économie de plateformes, évolution de l’engagement au travail, etc.