Les nouveaux masques de l’extrême droite

Entre Marine Le Pen et Éric Zemmour, un ensemble de transformations visuelles, discursives et scénographiques ont reconfiguré la sphère d’influence de l’extrême droite. À l’ère Netflix, caractérisée par la domination de la sphère pop-culturelle sur les esprits, de nouveaux codes esthétiques et de nouvelles formes narratives se sont imposées. De Karine Le Marchand aux mèmes sur Instagram, des vidéos de chats aux tutos identitaires, de la stratégie de la radicalité à la politique du LOL, l’extrême droite déplace la bataille politique sur le terrain de l’imaginaire et de la représentation.

Il y a une forme d’urgence à penser cette nouvelle donne symbolique pour tenter d’en circonscrire le plus possible les effets : c’est ce que s’efforce de faire cet essai, original et incisif. Dans cet entrelacement entre esthétique et politique, Raphaël Llorca adresse une mise en garde : l’extrême droite a beau présenter de nouveaux masques, elle n’en reste pas moins l’extrême droite.

Table des matières

Le « moment Zemmour »
La bataille de la représentation
La bataille de l’imaginaire
Esthétique et politique : quatre mises en garde pour 2022
Bibliographie et références citées

L’auteur
Raphaël Llorca est communicant, doctorant en philosophie du langage et expert associé à la Fondation Jean-Jaurès. Il a publié La marque Macron (Éditions de l’Aube, 2021), finaliste du Prix du livre politique 2021.

Retrouvez le podcast autour de cet essai sur l’application majelan

Du même auteur

Sur le même thème