La non-violence au service de la cause palestienne

Né dans une famille de réfugiés palestiniens et fils d’une responsable de l’OLP, Ali Abu Awwad est un ancien activiste du Fatah, condamné puis libéré à la faveur des accords d’Oslo de 1993. Mais la mort de son frère marque une rupture ; désormais, son engagement pour la cause palestinienne prendra une nouvelle voie – pacifique – à travers le mouvement citoyen Taghyeer qu’il dirige. Dans cet entretien au long cours, Ali Abu Awwad explique pourquoi et comment il s’emploie à faire de la non-violence une force politique intégrée au cœur de l’identité et de la société palestiniennes.

Engagée depuis de longues années en faveur du dialogue judéo-arabe, la Fondation Jean-Jaurès s’est jointe en novembre 2018 au projet lancé par Samia Essabaa et Isabelle Wekstein-Steg pour faire se rencontrer à Paris, durant cinq jours, une cinquantaine de lycéens juifs et musulmans venus de France, du Maroc, d’Israël et de Palestine.

En partenariat avec Cartooning for Peace et la Fondation européenne d’études progressistes (FEPS), une série de visites thématiques dans des lieux symboliques de la République française et d’ateliers pédagogiques autour des questions identitaires ont été organisés, notamment en présence de l’ancien président de la République François Hollande et du dessinateur de presse Plantu. Ces élèves issus d’horizons divers ont pu apprendre à surmonter leurs préjugés pour entamer le long mais indispensable chemin de la compréhension mutuelle et du vivreensemble. Un documentaire d’Isabelle Wekstein-Steg, Tellement proches, retrace ce voyage.

Pour maintenir et renforcer ce fil du dialogue noué au cours de cette première édition, l’initiative de l’association Luttons contre les préjugés a été pérennisée en un événement annuel organisé alternativement en France et en Israël. Dans le cadre de l’organisation de la prochaine édition, la Fondation Jean-Jaurès s’est rendue en Cisjordanie en janvier 2020 et elle y a notamment rencontré, par l’entremise d’Isabelle Wekstein-Steg, Ali Abu Awwad, fondateur et responsable du mouvement Taghyeer (« Changement »). L’échange débuté alors s’est poursuivi et se trouve retranscrit dans cet ouvrage. Ali Abu Awwad y revient sur son parcours, ses engagements et les convictions qui guident à présent son combat en faveur de la non-violence.

La Fondation Jean-Jaurès tient à remercier Isabelle Wekstein-Steg, Samia Essabaa et Jean-Marc Liling pour leur contribution à la réalisation de ce projet.

 

Les propos de Ali Abu Awwad ont été recueillis par Roman Bornstein (Fondation Jean-Jaurès).

Dessin de couverture : Kichka (Israël) – Cartooning for Peace.

Des mêmes auteurs

Sur le même thème