La troisième guerre mondiale est sociale

Dans le cadre des rencontres de l’Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean-Jaurès, son directeur Jean Grosset a reçu Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT et désormais membre de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Il est venu présenter son livre La troisième guerre mondiale est sociale (Editions de l’Atelier, 2016), dans lequel il dénonce le culte du moindre coût qui sacrifie les salariés du monde sur l’autel de la concurrence. La solution à cette dérive n’est, pour lui, pas le repli sur soi nationaliste mais la promotion de l’égalité des êtres humains par l’adoption dans les divers pays du monde de normes protectrices tant du point de la rémunération par un salaire décent qu’en termes de conditions de travail.

Retrouvez son analyse en vidéo

Sur le même thème