Manouchian : retour sur un parcours d’exception

Le 21 février 2024, Missak Manouchian, accompagné de son épouse Mélinée Manouchian et de ses vingt-trois compagnons assassinés par les Allemands, dont les noms sont inscrits pour l’éternité sur le mur extérieur du caveau XIII, qui a reçu les dépouilles du couple, entrait au Panthéon, quatre-vingts ans jour pour jour après son exécution au Mont-Valérien. C’est la première fois que le temple de la République recevait un communiste, un ouvrier, un étranger, qui plus est apatride.

La campagne pour l’entrée au Panthéon de ce symbole de la résistance des étrangers sur le sol de France a été lancée et menée par Jean-Pierre Sakoun, président de l’association Unité laïque qui sera l’intervenant-pivot de cette rencontre. SerA aussi présente Katia Guiragossian, petite-nièce de Mélinée et Missak, membre du comité pour l’entrée au Panthéon de Missak et Mélinée Manouchian.

Les intervenants aborderont les questions de l’internationalisme, de l’universalisme et des principes républicains, vecteurs de la reconnaissance de la résistance des étranges, la vie et l’action de Missak Manouchian et des FTP-MOI, l’histoire des Arméniens rescapés du génocide et réfugiés en France et le processus de « panthéonisation ».

La rencontre sera animée par Renaud Large, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès.