Le syndicalisme européen face à l’extrême droite : la stratégie des organisations françaises et allemandes   

La Fondation Jean-Jaurès et le bureau parisien de la Fondation Friedrich-Ebert organisent une conférence publique sur les stratégies et les actions entreprises par les syndicats de quatorze pays européens pour lutter contre l’extrême droite dans leur pays respectif. Les stratégies française et allemande seront présentées à cette occasion.

Profitant d’un mouvement de banalisation généralisée, l’extrême droite est en position de force en Europe. Celle-ci s’est fondue dans nos institutions démocratiques et est en train d’en changer la pratique, quand, dans certains pays, c’est la nature de celles-ci qui est directement attaquée. Pour le monde du travail, le danger qu’elle représente est désormais identifié : érosion des solidarités entre les travailleurs, restriction de leurs droits, affaiblissement de la démocratie sociale dans l’entreprise et attaque frontale contre les organisations syndicales elles-mêmes.

Face à la menace, de nombreux syndicats tentent pourtant de réagir, à des degrés divers : certains mettent en place des programmes de formation et de gestion de crise, d’autres prennent position dans le débat public, d’autres encore essaient de remobiliser leurs ressources internes pour limiter la progression des idées populistes et xénophobes au sein même des entreprises. Sur bien des aspects, les organisations syndicales européennes font face aux mêmes défis et aux mêmes dilemmes. 

Or, il semble dommageable que la connaissance de ces différentes actions, qui pourraient constituer la base d’une stimulation réciproque essentielle, ne franchissent quasiment jamais les frontières nationales. C’est partant de ce postulat que la Fondation Friedrich-Ebert (FES) a publié une série de notes sur les stratégies et les actions entreprises par les syndicats de quatorze pays européens pour lutter contre l’extrême droite dans leur pays respectif. Elle constitue une base d’échange d’informations et de pratiques à destination des différents syndicats européens eux-mêmes. La synthèse de ces études sera présentée au congrès de la CES, le 25 mai prochain à Berlin. 

Souhaitant offrir à ce travail d’analyse une déclinaison franco-allemande, le bureau de Paris de la FES et l’Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean-Jaurès ont décidé d’organiser une conférence à Paris pour y présenter les résultats des études des cas français et allemand, dans le fil des conclusions du congrès de la CES.

Cette rencontre aura lieu le 15 juin de 18h30 à 20h30, dans les locaux de la Fondation Jean-Jaurès à Paris, en présence du président de la Fondation Jean-Jaurès et ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Nous vous invitons à venir nombreux pour échanger avec les auteurs des deux études, le journaliste du Monde Michel Noblecourt et la sociologue allemande Sophie Bose, ainsi que de nombreux syndicalistes et acteurs du dialogue social français.  

Programme

18h30 – Mots d‘accueil

  • Jean Grosset, directeur de l’Observatoire du dialogue social de de la Fondation Jean-Jaurès 
  • Thomas Manz, directeur du bureau de Paris de la Fondation Friedrich-Ebert  

18h15 – Présentation des études française et allemande 

  • Michel Noblecourt, Journaliste du Monde 
  • Sophie Bose, sociologue à l’Institut Else-Frenkel-Brunswik pour la recherche sur la démocratie, Université de Leipzig

 18h45 – Commentaires 

  • Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation Jean-Jaurès, ancien Premier ministre 
  • Association syndicale pour la protection de la démocratie (TBC)

19h15 – Débat  

Traduction français-allemand simultanée